ONU : Intervention du Conseiller fédéral Alain Berset devant la 63e session de l’ONU sur les femmes

M. Alain Berset lors d'une intervention à la 63e session du CSW. Photo: Twitter

Le Conseiller fédéral Alain Berset, Chef du département fédéral de l’Intérieur (DFI), et chef de la délégation suisse à la 63e session de la Commission de la condition de la femme (CSW63) de l’ONU, s’est engagé, mardi 12 mars, en faveur du « progrès social et politique » des femmes.

Dans une intervention à la tribune de la session, il a rappelé que « plus les femmes bénéficient d’une position favorable sur le marché du travail, plus l’économie nationale sera performante ». En outre, « plus un pays offre de perspectives, notamment en matière d’éducation, plus sa capacité d’innovation sera élevée ». « Le progrès, tant social que politique, ne va pas de soi ».

Pour M. Berset, lorsque les femmes contrôlent leurs revenus, elles participent « plus facilement » à la prise de décision dans leurs familles, dans leurs communautés, dans leur pays. « Nous appelons donc au respect de normes de travail en accord avec les conventions de l’OIT (organisation internationale du travail), a-t-il plaidé. Il évoquait sur ce point, les disparités salariales entre hommes et femmes, au sujet desquelles il a indiqué que « l’égalité entre femmes et hommes est un droit fondamental et un pilier de la justice sociale ».

Evoquant le modèle suisse de lutte contre cette injustice des « inégalités salariales », il a déclaré que dans son pays, les femmes sont « globalement » payées 18 % de moins que les hommes. Une part importante de cette différence « ne trouve pas d’explication objective », a-t-il regretté, relevant que  pour combattre cette injustice, le Parlement suisse a introduit « une nouvelle obligation » de contrôle des salaires pour les employeurs publics ou privés dès 100 salariés.

Le gouvernement a aussi élaboré un outil d’auto-analyse de l’égalité salariale pour les entreprises, Logib, qu’il met à disposition de la communauté internationale. Il a estimé, « discriminer les femmes est un non-sens, tant moral qu’économique. Car une société équitable sera plus compétitive ».

AGENDA 2030

« Notre action dans ce domaine (de lutte contre les inégalités salariales) a d’ailleurs été saluée par un prix d’excellence de l’ONU », s’est-il félicité, avant d’ajouter que la Suisse contribue « activement » à la Coalition internationale pour l’égalité salariale (Equal Pay International Coalition – EPIC), qu’il a invité tous les pays à rejoindre.

Selon M. Alain Berset, dans sa coopération internationale, la Suisse fait de l’accès des femmes et des filles, aux services publics de base et à la protection sociale, l’une de ses priorités. Elle soutient l’octroi d’une couverture maladie universelle dans les zones rurales, « cruciale » pour les femmes et les enfants. De même qu’elle appuie les systèmes qui tiennent compte de l’économie informelle, puisque la majorité des femmes dans les pays en développement gagnent leur vie dans ce cadre-là.

« Nos engagements s’inscrivent résolument dans l’Agenda 2030 pour le développement durable, qui demande de ne laisser personne de côté », a poursuivi le Chef de la délégation suisse, pour qui, « jusqu’ici, les possibilités de la femme ont été étouffées et perdues pour l’humanité (…)».

IC

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici