Cour pénale internationale : Initiative suisse pour la criminalisation de l’arme de faim adoptée

Vue de la 18e assemblée générale des Etats membres de la CPI à La Haye, du 2 au 7 décembre 2019.

A l’initiative de la Suisse, la 18e Assemblée des Etats Parties à la Cour pénale internationale (CPI) a décidé à l’unanimité de ses 122 membres, de considérer désormais comme crime de guerre, tout acte pouvant provoquer délibérément des famines aux populations.

Cette nouveauté vise à améliorer la protection des populations civiles pendant les conflits armés. Elle a été faite par la Suisse, après constaté que la majorité des 800’000 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde vivent dans des zones de conflit. Certaines factions utilisent l’arme alimentaire comme méthode de guerre. Ce qui représente un problème majeur. Le fait que la CPI puisse désormais poursuivre ce crime contribue à prévenir de tels actes et à rendre justice aux victimes.

La Suisse est résolument engagée contre l’impunité. Dans la ligne de sa tradition humanitaire, elle se mobilise pour que les personnes civiles soient épargnées par les conflits. En tant que dépositaire des Conventions de Genève, et du fait de sa neutralité et du rôle central de Genève pour le travail humanitaire, la Suisse joue un rôle particulier sur la scène internationale.

Les Etats membres de la CPI sont composés de 33 pays d’Afrique, 18 d’Asie et du Pacifique, 18 autres d’Europe Orientale, ainsi que de 28 Etats d’Amérique Latine et des Caraïbes, et 25 Etats d’Europe occidentale et autres. Lors de leur assemblée annuelle à La Haye, ils ont également adopté le budget-programme de la Cour pour 2020, qui s’élève à 149’205,6 Euros, avec un effectif de 973 personnes.

IC

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici