Burkina Faso : Le Chef du DFAE annonce un « important investissement » suisse pour soutenir le pays

Le Président Marc Kaboré du Burkina Faso. Photo: iburkina.com

M. Ignazio Cassis, Chef du département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) a annoncé « un important investissement » suisse au Burkina Faso, a rapporté la présidence du Faso dans un communiqué.

Il s’adressait à la presse burkinabè, à l’issue d’une rencontre, le 10 octobre à Lyon (France) avec le Président Marc Kaboré, en marge des travaux de la sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial sur le sida, la tuberculose, et le paludisme. Il n’a pas précisé le volume de ce futur investissement.

Pour le Conseiller fédéral (Ministre), la coopération Suisse-Burkina Faso aura 50 ans, en 2022. « C’est donc une très longue coopération ». Le Burkina Faso fait partie des pays de concentration de la DDC (Direction du développement et à la coopération). Il intervient dans quatre domaines prioritaires : l’éducation de base et la formation professionnelle, la gouvernance et démocratie, le développement économique local, et la gestion macro-économique. La Coopération suisse soutient de manière  ponctuelle, d’autres domaines, tel que le genre, la culture, souligne le site du DFAE. Le montant du budget annuel du BUCO de Ouagadougou n’est pas précisé.

SECURITE, PAIX ET STABILITE

Selon M. Cassis, en plus du développement, les échanges ont également porté sur la situation sécuritaire du pays. « Nous avons parlé des problèmes forts du pays, notamment de la sécurité et la stabilité pour les prochaines élections ».

Depuis 2015, le pays Burkina Faso vit les effets des violences terroristes qui endeuillent le Mali, son voisin. Des attaques armées attribuées aux groupes radicaux musulmans sont régulièrement menées dans les régions Nord et Nord-Est. Rien que durant la période du 1er septembre au 15 octobre, au moins 49 personnes dont des membres des forces de sécurité, ont été tuées dans différents attaques.

Dans un communiqué publié le 14 octobre, le Président Kaboré a dénoncé l’augmentation de ces attaques visant également les confessions religieuses et leurs fidèles. « Ces attaques visent à fragiliser notre vivre-ensemble et la cohésion sociale, que nous ont légués nos ancêtres, et que nous devons préserver à tout prix », a estimé le Chef de l’Etat Burkinabè. Il a saisi de l’occasion pour « exhorter » ses compatriotes, de « toutes (les) confessions religieuses, et de toutes origines sociales et communautaires, à rester unis et solidaires ».  « Les religions, a-t-il rappelé, sont des vecteurs de tolérance, et ces attaques barbares et crapuleuses renseignent sur la nature de l’ennemi, que nous devons combattre, dans un engagement individuel et collectif de tous les instants ».

KL

 

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici