Economie : L’Assurance suisse contre les risques à l’exportation voit « un grand potentiel » en Afrique

M. Dominique Aubert, Vice-président, Acquiisition et responsable suisse romande de la SERV.

La SERV (Assurance suisse contre les risques à l’exportation) est une agence de crédit à l’exportation (ECA). Elle couvre les opérations à l’exportation d’entreprises suisses contre les risques de défaillance.

Ses solutions permettent également aux exportateurs d’accéder à des crédits à des conditions favorables sans toucher à leur limite bancaire. Ceci permet aux entreprises suisses d’accepter des commandes de l’étranger. La SERV joue un rôle important dans la promotion des exportations suisses et sur les marchés acheteurs qui peuvent bénéficier de conditions de paiement attrayantes.

Pour ce qui est de l’Afrique, a expliqué au journal reflets suisse-afrique, M. Dominique Aubert, vice-président, Acquisition et responsable suisse romande de l’agence, à fin 2018, l’engagement de la SERV est de 5%. Cela représente 327 millions CHF (187,8 milliards de francs CFA) dont 268 millions CHF (153,9 milliards de francs CFA)  concernent l’Afrique subsaharienne. « On peut ainsi conclure qu’environ 10% des exportations suisses à destination de l’Afrique sont couvertes par la SERV ».

La SERV n’a pas de pays partenaires en tant que tels, aussi bien en Afrique qu’ailleurs. Mais elle est régulièrement en contact avec des partenaires économiques et financiers : les  banques de développement et les principaux acteurs actifs dans le financement de projet sur le continent africain. Elle est membre du Swiss African Business Circle. Elle est ouverte pour tous les marchés (avec quelques exceptions) et couvre les projets africains au cas par cas, selon les besoins des exportateurs suisses.

« Nous voyons un grand potentiel en Afrique et des marchés intéressants pour les exportateurs suisse », a souligné M. Aubert , évoquant à ce sujet, la croissance économique du continent qui est « énorme ». Ce qui entraine de « grands investissements » dans des projets d’infrastructures.

Selon lui, compte tenu « des ratings de risque élevés » de certains pays bénéficiant de l’aide du FMI (Fonds monétaire internationale), la procédure pour l’octroi de financements à l’exportation couverts par la SERV est plus complexe. Elle offre cependant un « nouveau produit » par lequel elle examine la possibilité de financer la totalité d’un projet, pour autant qu’il présente une part « d’origine suisse raisonnable ». A titre d’exemple, la SERV organise, en coopération avec S-GE (Switzerland global enterprise ou Entreprise globale suisse) un «matchmaking event » (Evènement de jumelage) sur la réalisation d’un projet d’irrigation et d’approvisionnement en eau en Angola.

IC

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici