Afrique de l’ouest : La Suisse soutient l’accès à l’épargne, au crédit et aux assurances pour la population rurale

L'Ambassadeur Marion Weichelt Krupski et le Gouverneur Tiémoko Meyliet Koné de la BCEAO, lors de la signature de l'accord le 13 mai. Photo: IC,

L’Ambassadeur de Suisse au Sénégal, Mme Marion Weichelt Krupski, et le Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), M. Tiémoko Meyliet Koné, ont signé lundi 13 mai à Dakar, un accord de soutien à la mise en œuvre de la Stratégie régionale d’inclusion financière (SRIF) dans l’espace UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine).

L’UEMOA est constitué de 8 pays francophones et lusophone d’Afrique de l’ouest. Ce sont : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, et le Togo.  C’est un marché de 115,8 millions d’habitants qui s’étend sur 3,5 millions de kilomètres carrés.

La contribution suisse est d’un montant de global de 5,5 milliards de francs CFA à la SRIF, durant la    période 2019- 2023.  Elle est complémentaire à d’autres contributions dont celles de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale. Elle sera versée, d’une part, directement à la BCEAO, et d’autre part, à deux organisations à but non lucratif : la Swiss Capacity Building Facility (SCBF) et la Social Performance Task Force (SPTF). La première  (SCBF) crée des produits financiers adaptés aux besoins des populations, jusqu’ici exclues du système financier. La seconde, (le SPTF) a pour but de rendre les services financiers plus sûrs et plus avantageux pour les clients et organise des formations.

Grâce à la contribution suisse, quelque 300’000 agriculteurs, éleveurs, femmes et jeunes à bas revenus d’Afrique de l’ouest pourront accéder à l’épargne, au crédit et aux assurances. La SRIF vise, sur un horizon de cinq ans, à permettre à 75% de la population de cette région de l’Afrique d’avoir un accès à des produits et des services financiers adaptés et à des coûts abordables.

«  Cet appui financier marque l’engagement de la Suisse pour le développement économique rural en Afrique, en permettant à plus de personnes d’accroître leurs actifs, d’atténuer les chocs causés par des situations d’urgence, des maladies ou des accidents, et de réaliser des investissements productifs», a souligné l’Ambassadeur Marion Weichelt Krupski, lors de la cérémonie de signature.

Pour le Gouverneur de la BCEAO, « l’accord de financement traduit la volonté réaffirmée de la Suisse de contribuer au bien-être des populations ouest-africaines ».

IC

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici