Maroc: La Suisse contribue à un programme sur les risques de catastrophes

Siège du SECO à Berne. Photo: SECO

Le Secrétariat d’Etat suisse à l’économie (SECO) et la Banque mondiale (BM) en partenariat avec le ministère de l’Economie et des finances du Maroc, ont lancé un programme conjoint sur les risques de catastrophes. Le secteur privé local y est aussi associé.

En plus du programme, les trois partenaires collaborent à la finalisation et la mise en œuvre d’une loi instituant un régime de couverture des conséquences d’évènements catastrophiques.

Le Maroc est l’un des pays d’Afrique partenaires du Disaster Risk financing and Insurance : (finance et assurance risques de désastres) à l’exportation. Les autres pays concernés sont : la Colombie, la Géorgie, l’Indonésie, le Peru, la Serbie et le Vietnam.

La SERV  vise à accroître la résilience financière de ces pays à revenu intermédiaire, face aux catastrophes naturelles. Cela inclut le renforcement des marchés nationaux d’assurance catastrophes. Les bénéficiaires finaux sont les citoyens du pays, en particulier les plus pauvres. Il  contribuera à réduire la vulnérabilité fiscale du Maroc aux catastrophes naturelles, en renforçant les capacités des acteurs publics et privés en matière de protection financière de l’Etat contre les catastrophes naturelles.

PHASE II

Le programme en est à sa phase II. Durant la première phase du programme, 2011-2016, le Maroc a bénéficié de 750’000 dollars (749’360 CHF ou 436,5 millions de francs CFA). Pour cette seconde 2017-2021, le Maroc recevra un 650’000 CHF (378,6 millions de francs CFA) sous forme d’expertise, sur une enveloppe globale 8’000’000 CHF (4,6 milliards de francs CFA) du SECO.

A Rabat, le SECO et la BM ont pour partenaires directs, la Direction du trésor et des Finances extérieures (DTFE) du ministère de l’Economie et des finances, et l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS).

Selon l’Ambassade de Suisse, le programme d’assurance contre les risques catastrophiques a été inclus dans un prêt de 200 millions de dollars (199,8 millions CHF ou 116.4 milliards de francs CFA)  de la BM pour la gestion intégrée des risques de catastrophe. La composante consiste à soutenir la conception et la mise en œuvre d’un programme national d’assurance contre les catastrophes pour les propriétaires et les entreprises, et de créer le FSEC (Fonds de solidarité), destiné à indemniser les ménages non assurés touchés par des catastrophes.

FONDS DE SOLIDARITE

Le programme soutient actuellement le gouvernement du Maroc dans la mise en œuvre de la loi 110-14 sur l’assurance des risques de catastrophe. Il aide également à l’élaboration d’une stratégie globale de financement des risques pour le FSEC (Fonds de solidarité), qui fournit un soutien après une catastrophe aux ménages non assurés touchés qui seraient victimes. C’est un projet qui répond à « la volonté » de lancer une approche de « finance for Developement ». Celle-ci vise à rendre les appuis de la BM (et des institutions similaires) accessible aux plus vulnérables.

Depuis son lancement en 2011, le programme a enregistré des progrès, grâce notamment à la participation et aux efforts conjoints du Trésor et de l’ACAPS.

IC

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici