Fin de la 71e Assemblée mondiale de la Santé à Genève

Ouverte le 21 mai2018, par le Président de la confédération, M. Alain Berset, la 71e Assemblée mondiale de la Santé a pris fin samedi 26 mai. Voici les derniers points abordés à la fin des assises.

NUTRITION
Les délégués ont renouvelé, à l’unanimité, leur engagement à investir dans les politiques et les programmes d’amélioration de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, et à porter ces programmes à plus grande échelle.
Les États noté une légère progression dans la réduction du retard de croissance. Le nombre d’enfants de moins de cinq ans présentant ce type de retard a été ramené de 169 millions en 2010 à 151 millions en 2017.

POLIOMYELITE
Alors que les niveaux de transmission du poliovirus sauvage sont plus faibles que jamais et que le monde est plus près que jamais d’être déclaré exempt de poliomyélite, les débats ont porté sur la façon de libérer durablement le monde de la poliomyélite. En mai 2018, seuls neuf cas dus au poliovirus sauvage avaient été notifiés dans deux pays seulement: l’Afghanistan et le Pakistan. Les délégués ont examiné les plans d’urgence pour interrompre la transmission des dernières souches de virus restantes.
Les États Membres se sont massivement engagés à mettre en œuvre et à financer intégralement, à très court terme, toutes les stratégies visant à libérer durablement le monde de la poliomyélite. Le représentant du Rotary International, qui s’exprimait au nom de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (dont sont membres l’OMS, le Rotary, les CDC, l’UNICEF et la Fondation Bill & Melinda Gates), a passionnément plaidé auprès de la communauté internationale en faveur de l’éradication d’une maladie humaine pour la deuxième fois seulement dans l’histoire et pour que plus aucun enfant, où qu’il se trouve, ne soit jamais paralysé par un poliovirus quel qu’il soit.

DIRECTEUR GENERAL
Clôturant les travaux, le Dr Tedros a dit que partout où il allait, il recevait le même message: la santé est un pont vers la paix. «La santé peut changer la vie d’une personne mais aussi transformer les familles, les communautés et les nations», a-t-il fait remarquer aux délégués.

Selon lui, désormais, tout ce que ferait l’OMS serait évalué par rapport aux cibles du «triple milliard» qui ont été approuvées cette semaine, dans le cadre du nouveau plan stratégique quinquennal de l’Organisation. Ces cibles, à atteindre d’ici à 2023, sont les suivantes:
1 milliard de personnes supplémentaires bénéficiant de la couverture sanitaire universelle;
1 milliard de personnes supplémentaires mieux protégées face aux situations d’urgence sanitaire;
1 milliard de personnes supplémentaires bénéficiant d’un meilleur état de santé et de plus de bien-être.
LP

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici